jeudi 8 février 2018

Bilan mensuel - Février 2018

Dans les derniers jours, la baisse de l'indice boursier américain Dow Jones a fait la manchette dans tous les médias. Une sorte de panique s'est installée et les analystes commencent à parler de récession... Mais heureusement, certains n'ont pas oublié que ce qu'on vit maintenant est davantage la règle que l'exception. Les marchés boursiers ont augmenté de façon importante, voire exagérée, dans la dernière année. Une correction était donc à prévoir.

Si vous avez une vision à long terme de vos placements, vous savez que ce genre d'événement ponctuel ne fait pas une grande différence. Pas de quoi s'affoler!

Voici le résultat de mon bilan financier en date du 1er février 2018. Le graphique est normalisé pour que la valeur du mois dernier (le 1er janvier 2018) corresponde à 100%. Le graphique se limite aux derniers 12 mois.


Dans le dernier mois, il y a donc eu une variation de -1,1%.  


Sur le blogue en janvier
  • Aucun nouveau billet en janvier.


Transactions du mois
  • Pour les fonds négociés en Bourse
    • VXC (Actions ex-Canada)
      • 8 janvier : Récolte de 26,00$ en distributions
  • Pour les fonds communs de placements
    • Portefeuille Tangerine Croissance d'actions
      • 11 janvier : Achat automatique de 2,14 unités @ 18,71$
      • 25 janvier : Achat automatique de 2,13 unités @ 18,78$



Ce qui s'est passé dans le mois de janvier
  • Gros changement : mon conjoint a décidé de changer de travail. Il est donc présentement en recherche d'emploi. Ce sont dans des situations comme celle-ci qu'il est avantageux d'avoir un bon fonds d'urgence, pour aider à la transition.
  • La fièvre de la cryptomonnaie a battu son plein pendant le mois de janvier, ce qui n'a pas aidé le prix des cartes graphiques pour les ordinateurs, qui sont utilisées pour "miner" la monnaie virtuelle. Malgré tout, on a étendu les 400 à 500$ pour en acheter une pour chacun de nos ordinateurs, parce qu'on était dus... C'est pratiquement le double du prix de détail suggéré!

    Ce qui s'en vient en février
    • Le compte de taxes municipales nous est envoyé en février. Il est possible de le payer en plusieurs versements, mais on préfère s'en débarrasser dès le début de l'année.
    • Finalement les montants forfaitaires et les ajustements rétroactifs seront versés dans la première paye du mois de février. L'équivalent de deux semaines de travail, tout de même. Ça va aller directement dans l'épargne! 
    • On recommence nos cours d'ébénisterie en mi-février, où nous allons apprendre à faire des tenons et mortaises. En prime, nous aurons de jolies tables de chevet pour la chambre des invités!


      Inscrivez-vous à mon fil RRS, aimez ma page Facebook, suivez mon compte Twitter ou inscrivez-vous aux mises à jour par courriel pour rester à l’affût. Les liens sont également en haut de la page.

      jeudi 11 janvier 2018

      Bilan mensuel - Janvier 2018

      Bonne et heureuse année 2018 à vous, chers lecteurs et chères lectrices de ce blog. Cela fera bientôt cinq ans que j'ai débuté mon aventure ici et grâce à cela, j'ai appris beaucoup. J'espère avoir su partager mes trouvailles avec vous de façon à vous éveiller sur le monde des finances personnelles.

      On se voit donc en 2018!

      Voici le résultat de mon bilan financier en date du 1er janvier 2018. Le graphique est normalisé pour que la valeur du mois dernier (le 1er décembre 2017) corresponde à 100%. Le graphique se limite aux derniers 12 mois.


      Dans le dernier mois, il y a donc eu une variation de +4,9%.  Depuis le 1er janvier 2017, cela représente une variation de +13,6%.


      Sur le blogue en décembre


      Transactions du mois
      • Pour les fonds communs de placements
        • Portefeuille Tangerine Croissance d'actions
          • 14 décembre : Achat automatique de 2,15 unités @ 18,57$
          • 22 décembre : Distributions réinvesties en 0,725 unités @ 18,44$
          • 28 décembre : Achat automatique de 2,18 unités @ 18,34$

      Total des dividendes et distributions pour 2017 : 141,62$


      Ce qui s'est passé dans le mois de décembre
      • Une bonne partie de la hausse du mois est due au remboursement des jours de maladie non pris. Ça se prend toujours bien!
      • Au 1er janvier 2018, la limite de contribution au CÉLI augmente de 5500$. Cela signifie que si vous aviez 18 ans en 2009 et que vous n'avez jamais contribué, vous pouvez y placer jusqu'à 57 500$.
        • Vous pouvez consulter votre dossier sur le site de l'Agence du revenu du Canada pour garder un suivi de vos contributions. Cependant, leurs données sont mises à jour une fois par année seulement, vers le mois de mars.
      • J'ai eu accès à mes premiers relevés mensuels complets pour Mylo, cette application pour investir automatiquement les sommes obtenues en arrondissant à la hausse le montant de mes transactions.
        • Les sommes déjà prélevées ont été investies selon la proportion 60% actions, 40% obligations. C'est un portefeuille plus conservateur que celui auquel je m'attendais, mais c'est une répartition assez typique. Le tout s'est fait sans intervention de ma part, ce qui est un gros plus!

        Ce qui s'en vient en janvier
        • Après deux ans et demi d'attente, je devrais recevoir le résultat des dernières négociations syndicales avec le gouvernement : montants forfaitaires et augmentation du salaire. Tout cela va arriver rétroactivement au 1er mai 2015. Cela va donner un coup de pouce aux projets en cours!

        Dans mes prochains billets, j'aborderai le phénomène financier de l'heure : la cryptomonnaie. Qu'est-ce que ça mange en hiver un bitcoin? Est-ce que ça peut me rendre riche?

        Je ferai également un compte-rendu plus détaillé de mon expérience avec l'application Mylo. Desjardins Capital y a vu un potentiel d'affaires intéressant, peut-être ont-il touché un filon?
         

        Inscrivez-vous à mon fil RRS, aimez ma page Facebook, suivez mon compte Twitter ou inscrivez-vous aux mises à jour par courriel pour rester à l’affût. Les liens sont également en haut de la page.

        mardi 19 décembre 2017

        Le régime enregistré d'épargne-études - Comment investir

        J'ai abordé par le passé les raisons pour lesquelles on voudrait ouvrir un compte dans un régime enregistré d'épargne-études (REÉÉ). Dans un autre billet, il a également été question des règles de base du REÉÉ et son utilisation.

        Nous parlerons ici des produits financiers qu'on peut inclure dans un REÉÉ. Mais tout d'abord, revenons sur certaines bases.


        Le REÉÉ en bref

        Le régime enregistré d'épargne-études, ou REÉÉ, est un programme d'épargne permettant à une personne (le souscripteur) d'accumuler des fonds pour les études d'un bénéficiaire, généralement un enfant. Ces fonds sont investis à l'abri de l'impôt. Les règles sont dictées principalement par le gouvernement fédéral.

        Le principal avantage du REÉÉ provient des subventions gouvernementales. Autant le fédéral que le provincial contribuent à augmenter l'épargne en majorant de 30% les contributions des souscripteurs. D'autres subventions sont également offertes pour les ménages à faible revenu, comme le Bon d'études canadien, qui offre jusqu’à 2000$ et ce, même si aucune contribution n’est effectuée dans le régime.

        On peut ouvrir un REÉÉ pour une seule personne (régime individuel) ou pour plusieurs enfants d'une même famille (régime familial). Dans le premier cas, le bénéficiaire n'a pas besoin d'être l'enfant du souscripteur : je pourrais par exemple ouvrir un REÉÉ pour mon filleul. Dans le second cas, toutefois, seuls les parents peuvent contribuer à un régime familial. À noter qu'il est possible d'ouvrir plus d'un compte dans plus d'un régime, la seule limite étant la contribution maximale à vie de 50 000$ par enfant.

        Si le bénéficiaire ne va pas aux études, il est possible de transférer les montants du REÉÉ à un autre enfant, ou encore dans le REÉR du souscripteur. On peut aussi fermer le compte et récupérer les contributions, mais dans un tel cas il faut payer de l'impôt sur les gains majorés de 20%.

        Pour plus de détails, vous pouvez retourner lire mes billets sur le REÉÉ (En ouvrir un ou pas? et Comment ça fonctionne?). Vous pouvez aussi consulter le site de l'Agence de revenu du Canada pour de plus amples informations. Un bon résumé est aussi présenté sur le site d'Emploi et Développement Social Canada.


        Les investissements possibles

        Comme un CÉLI ou un REÉR, le REÉÉ est un contenant dans lequel on peut mettre plusieurs types d'investissements qui croîtront à l'abri de l'impôt. On peut donc y inclure, par exemple :
        • Comptes d'épargne
        • Certificats de placement garanti
          • Argent placé pendant une certaine période et qui rapporte de l’intérêt
        • Actions
          • Parts d’entreprises, achetées en Bourse
        • Obligations
          • Prêts consentis à des entreprises, achetés sur le marché obligataie
        • Fonds indiciels négociés en Bourse
          • Placements dont la valeur suit un indice boursier, représentatif du marché

        Si vous voulez plus d’informations sur chacun de ces produits, vous pouvez consulter ma série sur les types de placements (Placements sécuritaires, Placements un peu risqués, Placements risqués).

        Le choix de répartition des actifs dépend de l'horizon d'investissement, de la tolérance au risque ainsi que de la nécessité d'avoir des rendements élevés pour atteindre ses objectifs.

        Si on ouvre le compte à la naissance de l'enfant, l'horizon d'investissement est d'environ 18 ans. C'est une période relativement courte, comparativement à l'épargne-retraite. Le niveau de risque ne devrait donc pas être aussi élevé, sauf peut-être pendant les premières années.

        On sait que les marchés boursiers ont des périodes de croissance et de décroissance. Advenant un recul important de la valeur de vos placements, seriez-vous prêt à voir votre portefeuille fluctuer de façon importante ? La quantité d'investissements plus volatils (comme les actions) devrait refléter ce sentiment : plus on a d’actions dans le portefeuille, plus la valeur de nos placements peut fluctuer.

        Enfin, avec les subventions des gouvernements fédéral et provincial (20% et 10% respectivement), le besoin d'avoir de hauts rendements est probablement moindre. Par exemple si on commence à épargner 200$ par mois quand l'enfant a six ans, on n'aura besoin que d'un rendement modeste de 5% pour avoir un total de 50 000$ lorsqu'il aura 18 ans.

        Si vous voulez diversifier les placements dans le REÉÉ, vous pouvez y aller avec un portefeuille de fonds indiciels négociés en Bourse (représentatifs du marché). Concernant la répartition des actifs, Dan Bortolotti, du site Canadian Couch Potato, suggère la stratégie suivante. Soustrayez l'âge de l'enfant de 18, puis multipliez par 10. C'est le pourcentage maximal que les actions devraient représenter dans votre portefeuille de placements REÉÉ. En tableau, voici ce que cela représente :

        Âge de l'enfant% maximal Actions% maximal Revenu fixe
        8 et moins100%0%
        990%10%
        1080%20%
        1170%30%
        1260%40%
        1350%50%
        1440%60%
        1530%70%
        1620%80%
        1710%90%
        18 ou plus0%100%
        (Tableau tiré de Canadian Couch Potato)

        Comme je le mentionnais, ce pourcentage d'actions est un maximum suggéré. Dépendamment de vos objectifs d'épargne, il est possible de réduire ce montant et d'ainsi réduire le risque et la volatilité des investissements.



        Choisir un fournisseur

        Il existe plusieurs avenues possibles pour ouvrir un compte dans un régime enregistré d'épargne-études. En voici quelques-unes, avec leurs avantages et leurs inconvénients.

        1. Dans une grande banque

        Pour : L'avenue la plus facile si vous faites déjà affaire avec une des grandes banques canadiennes ou avec Desjardins. Leur réputation est bien établie et vous aurez beaucoup d'aide accessible. Vous aurez accès à des produits de base (ex: comptes d'épargne, dépôts à terme) ainsi qu'à des produits plus avancés (ex: placements autogérés).

        Contre : Les conseillers financiers des grandes banques n'ont pas nécessairement toute l'expertise pour vous conseiller adéquatement et peuvent être davantage des "vendeurs". Ils peuvent donc être portés à nous diriger vers des produits à hauts frais qui leur rapportent une bonne commission... Il y cependant quelques exceptions : TD, RBC et Banque Nationale ont des fonds indiciels à moins de 1% de frais de gestion.


        2. Chez un courtier à escompte

        Pour : C'est une avenue qui permet de sauver des frais. Puisqu'on choisit soi-même les produits financiers, il n'y a pas de commissions à payer que celles liées à nos transactions. On peut alors se diriger vers des produits à frais peu élevés, comme les fonds indiciels négociés en Bourse (représentatifs du marché).

        Contre : Plus complexe et plus exigeant que les autres méthodes. Requiert un peu plus de connaissances en matière d'investissements. On doit être à l'aise à gérer soi-même ses placements.


        3. Avec votre conseiller ou votre planificateur financier

        Pour : Facile, car le planificateur s'occupe de la paperasse et peut nous diriger vers les bons produits qui conviennent à notre situation financière.

        Contre : Frais élevés. Assurez-vous également que le conseiller soit non seulement certifié pour la vente de produits financiers, mais qu'il possède également les compétences pour vous conseiller de façon juste et équitable.


        4. Dans un régime collectif

        Pour : Relativement facile. Il faut s'inscrire auprès d'un organisme comme Universitas. La documentation sur ces entreprises est souvent offerte aux parents dès la naissance de l’enfant. Plusieurs publicités à la télé en font également mention. Il suffit alors de les contacter pour obtenir un rendez-vous.

        Contre : Coûteux, très coûteux. Si pour des parents qui respectent les conditions à la lettre, les inconvénients sont moindres, dès qu'on veut effectuer un changement (sauter un paiement, changer de bénéficiaire, fermer le compte), les frais sont très élevés. Il y a également beaucoup de frais récurrents administratifs. Entre ça et une hypothèque, le stress peut être le même!


        Un autre point à considérer lors du choix du fournisseur du REÉÉ : les subventions éligibles. Certaines subventions ne sont pas supportées par tous! Par exemple, chez TD Fonds mutuels, il n'est pas possible d'obtenir la subvention québécoise (Incitatif québécois à l'épargne-études (IQEE)), alors que chez TD Waterhouse, oui. Il est donc important de se renseigner. Vous pouvez retrouver la liste des fournisseurs éligibles à l'IQEE sur le site de Revenu Québec.



        Quelques exemples

        Dans cette section, je vais donner quelques exemples de placements que vous pourriez utiliser pour un REÉÉ. Rien n'empêche de combiner les différentes approches. Je vous rappelle cependant que comme je ne suis pas planificateur financier, je ne peux pas conseiller de solution adaptée à votre situation.

        1. La simplicité avant tout

        La solution la plus simple est de placer l'argent dans des certificats de placement garantis. Vous obtiendrez des taux de rendement relativement faibles, surtout dans le contexte actuel des taux d'intérêts, sauf que votre cotisation sera 100% garantie.

        Par exemple, à chaque année, vous achetez un certificat avec échéance sur 5 ans. Au fur et à mesure qu'ils viennent à échéance, vous pouvez réinvestir dans un autre certificat ou garder l'argent dans un compte d'épargne, prêt à être utilisé.


        2. Le portefeuille de fonds indiciels

        En suivant la même logique que pour les placements CÉLI et REÉR, vous pouvez investir dans des fonds indiciels négociés en Bourse (représentatifs du marché). À mesure que le temps avance, vous pouvez réajuster votre répartition d'actifs et diminuer la proportion des actions. Je vous invite à consulter mon billet sur ces produits de placements pour plus d'informations.

        Vous pouvez implémenter cette solution via un compte chez un courtier à escompte. N'oubliez pas de vous renseigner sur les frais administratifs annuels : généralement, après un certain solde (ex: 15 000$ dans tous les comptes détenus, peu importe le type, les frais sont crédités.


        3. Les fonds d'éducation avec objectif fixé dans le temps

        Certaines banques offrent un produit tout-en-un qui fait un peu la même chose que ce qu'on pourrait faire soi-même avec les fonds indiciels. Ces produits s'appellent "Fonds d'éducation Objectif 2020" ou quelque chose de semblable. On choisit le produit en fonction de l'année où l'enfant ira aux études. La répartition des actifs sera modifiée par les gestionnaires du portefeuille sans qu'on ait à intervenir.

        C'est une solution très pratique pour ceux à qui cela ne dérange pas de payer des frais supplémentaires pour la paix d'esprit. BMO et RBC sont parmi les banques qui offrent un tel produit.


        Mot de la fin

        Le RÉÉÉ est un régime très intéressant qui permet d'économiser pour les études de son enfant et d'ainsi, réduire ses besoins financiers à ce moment de sa vie. Si un REÉÉ peut aider à réduire les prêts étudiants, c'est un gros plus! Plusieurs parents hésitent à ouvrir un compte à cause des nombreuses règles et aussi parce qu'ils ne savent pas quels produits choisir.

        Qu'importe la solution choisie, le principal est de démarrer un REÉÉ le plus tôt possible dans la vie de l'enfant pour profiter au maximum des subventions gouvernementales. Même si on y contribue peu, si cela peut aider à réduire les prêts étudiants, c'est un gros plus!

        jeudi 7 décembre 2017

        Bilan mensuel - Décembre 2017

        L'année 2017 est passé à une vitesse folle! Cela fait maintenant plus d'un an que nous sommes dans notre maison, c'est notre deuxième hiver. Nous sommes toujours très contents de notre choix de s'établir loin de la ville. C'est un vrai havre de paix! Côté financier, l'année 2018 devrait être assez tranquille : les grosses dépenses à venir sont déjà budgetées et on ne devrait pas avoir de problème de voiture!

        Voici le résultat de mon bilan financier en date du 1er décembre 2017. Le graphique est normalisé pour que la valeur du mois dernier (le 1er novembre 2017) corresponde à 100%. Le graphique se limite aux derniers 12 mois.




        Dans le dernier mois, il y a donc eu une variation de +4,4%.  Depuis le 1er janvier 2017, cela représente une variation de +8,2%.


        Sur le blogue en novembre
        • Aucun billet pour le mois de novembre... ça a passé trop vite!


        Transactions du mois
        • Pour les fonds communs de placements
          • Portefeuille Tangerine Croissance d'actions
            • 2 novembre : Achat automatique de 2,25 unités @ 18,30$
            • 16 novembre : Achat automatique de 2,24 unités @ 18,16$
            • 30 novembre : Achat automatique de 2,15 unités @ 18,61$

        Total des dividendes et distributions pour 2017 : 128,25$


        Ce qui s'est passé dans le mois de novembre
        • Nous avons effectué un remboursement anticipé substantiel sur notre hypothèque. 
          • Cela vaut la peine de se prévaloir des options de remboursement anticipé. Ils viennent généralement en deux formes : le paiement forfaitaire (en une seule fois) et l'augmentation du versement périodique (on paie un peu plus par mois). En profitant de ces options, nous allons pouvoir réduire les intérêts payés et même pouvoir rembourser plus rapidement!
          • Anecdote : à peine deux jours après cette transaction, j'ai reçu un "appel de courtoisie" de la part de BMO pour savoir j'étais satisfait du service, satisfait des produits... et si j'avais besoin de financement. Tiens donc! Certainement pas une coïncidence.
        • J'ai utilisé pendant quelques temps l'application Mylo, pour investir automatiquement les sommes obtenues en arrondissant à la hausse le montant de mes transactions.
          • Pour l'instant, rien de particulier, car les sommes dans mon compte sont encore au comptant et ne sont pas encore investies. Dans mon prochain relevé mensuel, je pourrai en savoir un peu plus. 

        Ce qui s'en vient en décembre
        • Noël arrive, bien sûr! Quelques jours de vacances, du temps avec la famille et les amis... Ça va faire du bien!
        • Les paies de congés de maladie nous seront versées à la mi-décembre. Ça va donner un petit coup de pouce et, qui sait, peut-être qu'on se fera un cadeau?

        Inscrivez-vous à mon fil RRS, aimez ma page Facebook, suivez mon compte Twitter ou inscrivez-vous aux mises à jour par courriel pour rester à l’affût. Les liens sont également en haut de la page.